La répétition - Pour le sens et la mélodie
par Florence Vilen

Florence Vilén nous propose ici un essai important, traitant d'un des aspects de la musicalité et du fondement de la poésie du haïku : la question de la "répétition". La répétition est largement écartée de la conception (mode) actuelle du haïku. Cependant, Florence relève ce défi et essaie de nous montrer que cela fonctionne dans le haïku si cela est bien fait. Non seulement, elle parle de sa propre conviction mais elle l'illustre de nombreux exemples de poètes reconnus. Avec sa présentation, comme dans une exposition d'art, nous pouvons nous rendre compte et jouir d'un fascinant ensemble de beaux haïku utilisant cette technique de la répétition. On se demande pourquoi nous nous sommes privés d'utiliser un si merveilleux outil de travail. (Susumu Takiguchi)

UNE PLACE POUR LA REPETITION

Parmi toutes les formes poétiques, le haïku est l'essence même de la brièveté. En pas plus de 3 lignes, il contient un maximum de dix-sept syllabes, souvent moins. Chaque mot, chaque coupure compte. Pourtant il y a des haïku qui ont la place pour de la répétition dans cet espace restreint.

Comment est-ce possible ?

Il va sans dire que pour cela fonctionne, ce doit être fait avec une habileté, ou une sensibilité considérable. Elle peut cependant être utilisée pour des raisons poétiques bien différentes.

Par son réel effet de surprise, la répétition d'un mot ou d'une partie de phrase peut faire en sorte que les lecteurs prêtent une plus grande attention.

Ils peuvent sentir que le texte doit être lu à haute voix pour être compris. La récitation de la poésie est une excellente pratique qui a été négligée en ces temps de lecture silencieuse de notre instruction généralisée. Un poème bon à lire est bon à réciter, et gagnera à l'être.

Souvent le mot qui est répété change quelque peu son sens. Cela encourage le lecteur à savourer l'ensemble de ses significations.

Cet effet est particulièrement frappant lorsque les différentes formes d'un verbe sont utilisées.

Un mot peut créer une anticipation particulière qui est alors reliée à une surprise.

Certains haiku sont écrits dans un style insaisissable, évanescent qu'il serait difficile de rendre dans une prose exacte (concrète Ndt). A cause de la répétition de mots, le lecteur est encouragé à les examiner et à considérer les diverses interprétations possibles de la scène. Dans d'autres haïku, le texte peut être parfaitement clair et la répétition servira d'exclamation, une expression de l'émerveillement. Une scène peut être condensée. Un simple mot est utilisé où une description complète aurait été nécessaire.

EXEMPLES

Voici quelques exemples atteignant, au moyen de cette technique spécifique (qui n'est presque jamais discutée), leur objectif de différentes manières. Ils proviennent tous de deux vastes anthologies, Haiku Moment, éditée par Bruce Ross, et The haiku anthology, 3ème édition de Cor Van Heuvel (avec quelques haïku provenant des deux livres).

Un haïku peut être intentionnellement ambigu. En le lisant à haute voix, vous pouvez trouver des images fuyantes dans cette scène nocturne d'une profondeur sans cesse croissante (L. A. Davidson):

beyond
stars beyond
star
au-delà
des étoiles au-delà
(de) l'étoile

Ici, l'impression de profondeur est presque aussi convaincante (Jim Kacian) :

  clouds seen
through clouds
seen through
   nuages vus
à travers les nuages
vus à travers

Dans d'autres haïkus, la répétition peut exprimer le pur plaisir, l'exubérance de voir l'abondance de la nature. Voici un bel exemple de zoom, du petit vers le grand (Michael McClintock) :

a poppy.
     a field of poppies!
the hills blowing with poppies!
un coquelicot.
      un champ de coquelicots !
les collines explosant de coquelicots !

Le mouvement évanescent d'un insecte (M. L. Bittle-daLapa):

firefly there
   not there
        there
luciole ici
    pas ici
         ici

Et ici, une véritable sensation du déplacement incertain sur la neige molle (Anita Virgil) :

walking the snow-crust
   not sinking
      sinking
marcher sur la croûte de neige
   ne pas s'enfoncer
      s'enfoncer

La brièveté de celui-ci peut conduire certains à une interprétation plus générale, n'étant pas satisfaits par la seule vision mentale d'une chandelle allumée par une autre, mais c'est au lecteur de penser à de telles conceptions abstraites en tant qu'une belle image conduisant à une autre belle image (Raymond Roseliep) :

light
lights
light
une lumière
des lumières
une lumière

Certains poètes ont préféré écrire leurs haïku en une ligne, avec des interruptions internes. Dans cet espace restreint, il peut encore rester de la place pour deux mondes (Marlene Mountain) :

above the mountain mountains of the moon
au-dessus de la montagne montagnes de la lune

De même, brève et évocatrice, cette scène de calme après le vacarme (Ruth Yarrow) :

after the garden party the garden

Il y a des haïku avec des mouvements "pierre par pierre", ou "feuilles par feuilles". Il y a aussi cette merveilleuse scène de l'estimation de son trajet (Jane Reichhold) :

coming home
flower

by

        flower
rentrer à la maison
fleur

par

        fleur

La répétition a une fonction descriptive dans un haïku tel que celui-ci, où la dissipation du brouillard est présentée de telle manière que l'on passe du son à l'image (Emily Romano) :

through thinning mist
the bawl of the calf
      the calf
à travers le brouillard s'atténuant
le beuglement du veau
      le veau

Au contraire, de moins en moins visible est dans ce paysage (George Ralph) :

midday blizzard:
not seeing beyond the pines
not seeing the pines
blizzard de midi:
ne pas voir au-delà des pins
au-delà des pins

Un mot est répété pour souligner l'action répétée d'une scène (George Swede):

Lancer pierre après pierre
dans le lac - je m'empêche
de reapparaître

La répétition peut servir à exprimer la similarité entre le poète et quelque chose du monde qui l'entoure (Gary Hotham) :

the sound they make
the sound I make
autumn leaves
le bruit qu'elles font
le bruit que je fais
les feuilles d'automne

Occasionnellement, le haiku est en boucle, c'est à dire que le premier mot est aussi le dernier. Pas simple à faire dans cette forme courte. Dans ce premier exemple, la composition pourrait être considérée comme entourant le sujet, formant une charpente pour son mouvement (Virginia Brady Young):

Frog's shadow
reaches the rock
before the frog.
l'ombre de la grenouille
atteint le rocher
avant la grenouille.

Ici, la tristesse transparait. (Sandra Fuhringer):

alone on the lake
until the loon's cry
still alone
seul sur le lac
jusqu'au cri du plongeon
toujours seul

(plongeon = oiseau : huard NdT)

Dans une ambiance plus détendue, on trouve des répétitions variées dans plusieurs haïku sur les chats (Denver Stull):

winter ice storm;
   the old cat wants out
        wants in
tempête de glace hivernale
   le vieux chat veut sortir
        veut entrer

ou (Arizona Zipper):

Opening its eyes
closing its eyes
a cat in the sun
Ouvrant ses yeux
fermant ses yeux
un chat dans le soleil

et en beaucoup plus condensé (Vincent Tripi) :

Letting
          the cat in
          the fog in
Laisser
         le chat entrer
         le brouillard entrer

Ceci pourrait être comparé avec les différentes constructions du mot répété ici (Gary Hotham):

letting
the dog out -
the stars out
laisser
le chien dehors -
les étoiles dehors

Souvent, il y a un changement de catégorie grammaticale. Un nom est répété par un verbe correspondant (Margaret Chula):

sudden shower
in the empty park
a swing still swinging

Il peut y avoir une surprise amusante qui nous attend à la fin (Gary Gay)

Weight lifter
slowly lifting
the tea cup
haltérophile
levant lentement
la tasse de thé

Ou un verbe est passé de la voix active à la voix passive (William J. Higginson):

Holding the water,
     held by it -
           the dark mud.
retenant l'eau,
     retenue par elle -
           la boue sombre.

ou (Foster Jewell):

    Finding this cavern -
following the lantern light.
    followed by silence.
    Trouver cette caverne -
suivre la lumière de la lanterne.
     suivie par le silence.

Le ou les mots répétés sont généralement grammaticalement au centre, une position qui n'est pas souvent donnée à une phrase adverbiale. Cela a été fait, et avec grand succès (Nick Virgilio, la ponctuation diffère selon les anthologies) :

Lily:
       out of the water.
   out of itself.
Le lys:
          hors de l'eau.
    hors de lui-même.

LA REPETITION PEUT ACCROITRE L'IMPACT D'UN HAIKU

La répétition d'un mot, ou même d'une phrase, peut accroître l'impact d'un haiku. Comme tous les autres outils de la poésie, il doit être utilisé avec discrimination. Une scène doit en effet paraître chargée (d'émotion) pour que la plupart des lecteurs prennent soin de la relire. Pourtant, cela vaut la peine d'essayer. Ainsi, la répétition, si elle est adroitement utilisée, accroît le sens. Elle apporte aussi un plaisir musical. C'est un aspect du haiku occidental qui a été moins suivi qu'il n'aurait du l'être. L'emphase porte généralement sur la présentation de l'image, qui bien entendu est essentielle, et aussi, particulièrement dans le haïku anglophone, sur la réduction jusqu'à un minimum absolu de mots. L'élaguage est apprécié et pratiqué à un point tel que le haïku peut paraître famélique, il ne reste plus que des vertèbres se cognant l'une l'autre.

Il y a là un besoin pour de la chair, pour un flux musical. Ce qui qui peut être obtenu par divers moyens. Il y a les simples rimes sonores, comme les allitérations. Il y a le rythme par lui-même, une utilisation consciente des alternances entre syllabes courtes et longues ( et une analyse devrait aussi différencier l'intensité de la contraction dans les syllabes courtes. Un problème négligé dans les métriques conventionnelles). Bien sûr, nous devons nous efforcer d'avoir une diction naturelle mais cela ne doit pas signifier que le haïku est une sorte de prose hachée. Le haïku est une poésie, et la poésie a durant des millénaires utilisé des effets sonores pour créer une sensation musicale. Ne disons pas que le langage de Shakespeare et Keats est incapable de faire cela !

Première publication en anglais : WHCessay liste de diffusion du World Haiku Club.