Regards sur le haiku
par Elizabeth St Jacques

Une plainte fréquente des écrivains de haiku débutants est, "La plupart de mes haiku sont rejetés. Qu'ai je fait de mal ?". Comme ils le découvrent rapidement, le haiku semble facile à écrire, mais il y a un pas important avant que l'oeil ne l'apprécie.

Pour comprendre la haiku, le débutant doit être attentif aux règles de base. Parce que le haiku note un moment, qui vient de se passer, il convient de l'écrire au présent. Un haiku contient aussi un mot de saison (kigo) qui sous-entend la saison plutôt que la nommer explicitement.

Par exemple, au lieu de dire "printemps", le lecteur doit imaginer le printemps à partir de l'image des pissenlits, un rouge-gorge, de la neige fondante ou autre chose de similaire. En d'autres mots, laisser le lecteur penser, utiliser sa propre imagination, participer à l'expérience.

La participation du lecteur. Parce que le haiku demande autant à l'imagination, les lecteurs doivent s'adresser à leur vécu pour se le représenter. Ce qu'un lecteur voit dans un haiku peut être entièrement différent d'un lecteur à l'autre. C'est pourquoi, quand quelqu'un lit votre haiku et trouve une vision différente, n'essayez pas de lui expliquer ce que vous avez voulu exprimer. Le plus grand compliment qu'un auteur puisse recevoir est qu'un lecteur découvre ses propres sensations au travers d'un haiku. C'est, sans doute, ce qui rend le haiku unique et excitant.

Alors que d'excellents haiku sont écrits aujourd'hui en trois lignes de 5-7-5 syllabes, il n'est pas rare d'en lire d'une, deux, quatre et même cinq lignes, ayant tous moins que les dix-sept syllabes traditionnelles. La brièveté est essentielle, aussi plus au compact vous ferez, au mieux ce sera.

Lorsque vous écrivez des haiku, mettez de côté les techniques poétiques. Pour beaucoup de débutants, cela semble si troublant qu'ils le font incorrectement, parce que le haiku traite de la nature, le poème devrait être poétique, parler de fleurs, avoir un contenu philosophique.

Vous secouez peut-être la tête en grommelant : "J'ai vu des métaphores dans des haiku publiés". Vous avez raison; la métaphore est utilisée dans le haiku, même par les maîtres japonais anciens. Mais à mon opinion, le métaphore le meilleure est subtile. Habituellement, seuls les poètes ayant une grande expérience savent les éliminer. Aussi ceux de vous qui sont débutants veilleront à en apprendre les bases et observer des exemples avant de les utiliser.

Les débutants comprennent souvent mieux les mécanismes du haiku en observant ce qu'un autre lecteur y découvere. Observons donc un haiku de H.F. Noyes :

blue irises
one finger tall --
the morning sky
iris bleus
hauts d'un doigt --
le ciel du matin

Immédiatement, on perçoit une atmosphère calme, la solitude d'un ciel clair matinal, son bleu servant de toile de fond au bleu plus prononcé des iris. Le bleu suggère la tranquillité, la paix de l'esprit. Et parce ce que les fleurs sont seulement "longues d'un doigt", le lecteur réalise qu'il ou elle les voit à une distance telle qu'elle est couchée sur le gazon froid.

C'est un instant calme, rien à faire d'autre que de découvrir ces belles fleurs se dressant sur un fond de ciel matinal. Est-ce avant d'aller travailler ? Peut-être le spectateur est un lève-tôt ayant pour but de se réjouir de la nature avant le remue-ménage des tâches journalières. Ou est-ce un jour de congé pendant lequel il peut observer ces petites merveilles à loisir.

Il y a aussi une qualité enfantine dans ce poème, une pureté de pensée qui permet à l'observateur de noter que les iris ont "la hauteur d'un doigt". Imaginez ! Ces fleurs majestueuses qui, souvent dominent le jardin, et surmontent les autres fleurs dans un champ, ont, par la position de l'observateur, rétrécis à la taille d'un doigt. Ce point de vue me montre que toutes les choses sont à la merci de leur observateur, étant aussi grandes ou petites que l'oeil (ou l'esprit) les enregistre. C'est pourquoi, il m'est rappelé que tout n'est pas comme il apparaît; il existe d'autres dimensions aux choses - SI je prends le temps et la peine d'y prêter attention.

D'autre part, du point de vue des iris : ils sont content comme ils sont, comme le ciel du matin. Maintenant, je me demande; suis-je contente avec et à l'intérieur de moi-même. Si non, est-ce à cause de mes propres attentes ou à cause de ce que les autres attendent de moi.

Regardons maintenant la structure de ce haiku. Comme vous le constaterez, ce haiku a seulement 12 syllabes (en anglais). Coller plus à la règle aurait détruit l'image claire et limpide. Pour ce qui est de l'arrangement, la première ligne balance la troisième. Bien que "bleu" ne figure qu'à la dernière ligne, on pense automatiquement au ciel bleu, probablement plus pâle que celui des fleurs. C'est pourquoi, l'opposition entre le bleu profond et le bleu pâle joue non seulement comme contraste de couleurs mais aussi spirituel. Entre ces lignes, le "haut comme un doigt" est un élément anthropomorphique. C'est une coïncidence que le poète choisisse de placer cette ligne entre deux images de nature où les hommes, les animaux et les oiseaux ont leur place.

Comme je l'ai montré, il y a plus de profondeur dans les haiku que l'oeil ne le réalise initialement. Un grand défi réside non seulement dans l'arrangement des lignes et l'ordre des mots, mais dans la présentation d'une image dépouillée (une image pure) qui permet au lecteur de remplir les non-dits par sa propre expérience et imagination.

Finalement, si vous voulez écrire un haiku qui soit apprécié et marquant, vivez le haiku à chaque heure du jour, chaque heure d'éveil. Lorsque vous faites des commissions, prenez une douche, ou autres occupations quotidiennes, prêtez attention à capturer un moment haiku et dégagez le au travers de votre propre vision.

Le haiku peut être petit, simple, et insignifiant dans toutes ces apparences matérielles, mis souvenez-vous, nous avons déjà pensé cela d'une humble abeille...

Elizabeth St Jacques
esj CHEZ sympatico.ca

Poetry In The Light http://members.tripod.com/~Startag/Contents.html

Cet article est une version révisée et développée d'un original paru dans Writer's journal 1990.

Texte original : Looking at Haiku http://members.tripod.com/~Startag/LookHk.html

Liens vérifiés le :