en voyage ... - Venise
Micheline Beaudry



 

Venise
les nervures d’une ville
à fleur d’eau

les calle
en mal de ciel
des pas résonnent

lune grosse
d’une nuit bénie
sur la lagune

petit lampion
dans sa cage de fer
après le pont

rideau ajouré
laisse voir Venise
vue sur le canal

le cri plaintif
de la mouette vénitienne
dès l’aube

lion de l’Arsenal
derrière sa grille
ah ! toucher

la vague
me berce vers l’Accademia
tes bras

le soleil paraît
à Gianni sur le zattere
l’accordéoniste

un vin italien
avec le chant nostalgique
de l’Est


mes lèvres
sur la cire du cierge
San Zaccharia

la cire fondue
qu’on efface aussitôt
une lueur de nous

le cierge allumé
a brûlé toute la nuit
la lune presque pleine

la lune ronde
déserte la fenêtre
vers minuit

l’ombre des calle
délivre de la chaleur
des piazze

entre les rideaux
la lune que tout Venise
regarde

tant de canaux
tant de ponts
à la dérive

la pleine lune
les dalles
plus blanches

le reflet
de la lanterne s’allonge
jusqu’au pont

les plis
de son pantalon les boules
de son chien

un dragon bleu
au fond de mon assiette
restaurant chinois

dans le soleil
elle dort sur son sac
zattere tranquille

sur les dalles blanches
les seiches noires
marché du Rialto

l’aube
au-dessus des toits
calle del Lion

la gondole
glisse sous le pont
la valise roule dessus

lueur rose
dans les nuages de l’aube
dernier matin


Octobre 2003

 

Copyright Micheline Beaudry, 2003