Haiku - tempslibres - Présentation de livre ...

Avant le silence - Haïkus d'une année
Michel Onfray

Un bien étrange recueil que ce livre. Il s'agit plutôt d'un journal. Celui de l'année qui précède le décès de sa compagne emportée par la maladie. Michel Onfray y a noté, jour après jour, la Vie en haïkus. Pas vraiment tous des haikus, mais est-ce que cela a de l'importance dans ce contexte ? Il convient donc le lire ainsi. Ce recueil nous montre cependant la richesse des procédés de l'écriture minimaliste.

La composition et le style particulier me pousse à le recommander. Parce que c'est un exemple rare de journal en "haïkus".

L'auteur note très souvent les instants sous la forme d'une "liste de commissions", terme anglo-saxon désignant trois segments idépendants d'une ligne, sans relations entre eux. La liste est une technique utilisée par les Japonais de l'époque Heian pour produire une "image" à partir d'éléments juxtaposés. On peut le voir dans le "Livre de Chevet" de Sei Shonagon (965 - 1013).

Cette structure minimaliste produit son effet parce que les trois éléments possèdent des sèmes communs permettant leur mise en relation (synergie). Elle est parfois rencontrée en haïku anglo-saxon, mais rarement de manière aussi systématique.

Pierres noires
Cathédrale noire
Nuit noire.

Vendredi 28 février, 20h40
Clermont-Ferrand

Bruit de moustique
Flamme d'une chandelle
Odeur de moustique.

Jeudi 9 mai, 0h40
Dans mon lit

Minimalisme. Séquence temporelle d'une grande efficacité. A remarquer : trois sens sont sollicités (l'ouïe, la vue, l'odorat). Chapeau !

Minimalisme : Il ne s'agit évidemment pas d'un haïku mais la notation est efficace par sa progression. Ce tercet fait appel à deux sensations (la vue et le toucher). Il se termine d'une manière glaçante pour le lecteur.

Diaphane
Reposée
Glacée

Argentan, 15h20
Devant son petit corps mort

Rentrés de l'hôpital
Odeur de la maison
Silence des objets.

Vendredi 2août, 21h30
Argentan

D'autres fois, l'auteur force une découpe en trois segments et mettant une majuscule à chacun. On dirait alors, à première vue, une liste de commission. L'absence de ponctuation interne permet l'illusion. En fait, il s'agit d'éléments pouvant être indépendants.

Dans la nuit
Le rêve du chat
Me réveille.

Nuit du dimanche 7 au lundi 8 avril
Souvenirs d'enfance
Argentan

Sur la tombe
Un bouquet de fleurs
Saint-Valentin

Vendredi 14 février

Une ellipse en L2 :

Châtaignes grillées dans la cheminée
La dernière fois
Le soir de la mort de mon père

Samedi 23 novembre, 23h30
Chambois

L'autre caractéristique est l'importance de la localisation, dans le temps et l'espace de chaque haïku. C'est parce que l'auteur note des moments de la vie. La localisation précise a pour lui une importance autre que pour nous. Ces haïkus/tercets balisent l'année, le cheminement de la souffrance. Cette localisation occupe parfois une place équivalente à un haïku et peut troubler l'oeil.

Dans un sac
Ses cadeaux de Noël
De l'an dernier

Jeudi 9 janvier, 17h30
Caen
Dans des cartons rapportés d'Argentan

Un feu rouge
Dans un chaos de flocons blancs
Soleil miniature

Jeudi 4 avril, 7h43
Dans une tempête de neige
Dans le train, à l'Aigle

La datation est ici précise à l'extrême. Cela n'a pas d'importance pour nous, mais bien pour l'auteur. La localisation ajoute quelque chose qui n'est pas dans le haïku (le train) mais qui est signifiant pour lui. Ce train va quelque part d'important pour l'auteur. Cette mention semble souvent jouer un rôle de complément important pour transférer le sens vers le lecteur.

Nuit dans l'hôtel
Cris de plaisir d'une femme
Le matin, bruit hurlant du vent.

Dimanche 14 avril, 11h09
Toulouse, dans une chambre d'hôtel

En fait, on pourrait rapprocher cette écriture du haïbun. La localisation étant le texte qui est ponctué d'un haïku... La disposition alternant à gauche le haïku et à droite la localisation renforce cette impression. La localisation est une partie intégrante et agissante de l'écriture.

La juxtaposition est un art difficile. Ici : deux odeurs et une lumière.

Parfum du savon
Odeur de café
Lumière du matin.

Dimanche 14 avril 11h09
Même endroit (la chambre d'hôtel de Toulouse, je précise)

Toute l'atmosphère est là mais la localisation ajoute ici aussi du sens pour donner une lecture différente. Sans elle, le haïku serait compris différemment.

J'ai bien aimé cette écriture singulière faite d'une suite de notations précises, mais aussi pudiques d'un cheminement douloureux. Le recueil nous montre aussi que l'écriture minimaliste peut être une compagne de vie de tous les instants. Une aide pour les moments difficiles.

Revue par , 2015

couverture du livre

Avant le silence - Haïkus d'une année

Haïku


Editions Galilée, 2014
ISBN 978-2-7186-0911-9 - (Editions Galilée)
- 183 haïkus
- 74 pages, format 21,4x12,5cm