Bloc notes - Serge Tomé

Techniques d'écriture

Le retrait du "je"

Le retrait du "je" permet de ne pas contaminer le lecteur par l'auteur, de rendre l'appropriation plus facile, de généraliser le discours.



J'élimine souvent le sujet, je passe à l'infinitif et j'utilise la troisième personne en pronom, adjectif possessif. Cela me permet d'évacuer le moi encore présent. En prenant ainsi mes distances, j'évite de contaminer le lecteur avec ce qui m'est personnel et qui finalement ne l'intéresse pas. Il dispose alors d'un objet utilisable pour ses propres perceptions et sensations. Le haïku est alors compris comme un support de son vécu.



Si je parle de moi, je le fais de l'extérieur. Idem pour mes sentiments. Ils sont exprimés au second degré de lecture, en atmosphère, en climat, en ambiance.



Le problème du 'je' réside plus dans la nécessité de distance de l'auteur par rapport à son écrit que dans le discours à la première personne. J'ai fait une étude statistique sur les fréquences d'apparition du 'je' dans un échantillon de haïku japonais modernes et anciens, américains, français, croates et yougoslaves. Le 'je' est plus fréquent que l'on ne le pense dans le haïku japonais. Il tend à être absent dans les haïku américains. Surtout les groupes zen mal comprises...



Il semble que ce ne sois pas la première personne qui soit en cause mais la manière dont on parle de soi. Le haïku n'est pas prévu pour parler de soi au premier niveau d'ecriture. Il n'est pas prévu pour exprimer ses propres sentiments explicitement. Le senryu est là pour cela. Dans ce domaine, il faut appeler un chat un chat. Si on analyse les haïku où la première personne est présente, on remarque que l'auteur se met en scène et parle de lui, mais de l'extérieur. Ce qui rétablit la distance.



Cette règle de distance est là pour éviter de d'encombrer le lecteur avec des sentiments et états d'âme n'intéressant que l'auteur. Le haïku n'est pas une poésie lyrique destinée à transférer des états d'âme personnels. En fournissant une image 'objective' (au moins au premier niveau), il facilite l'appropriation par le lecteur qui reconstitue le discours à partir de sa propre expérience.



...



2004-09-15 - Serge Tomé