tempslibres - free times haiku database

Analyse de la structure d'un haïku

Paris
la nuit
du métro


Serge Tomé, Belgique
liv 2004-03-1

Commentaire.

Ce n'est pas un haïku. Mais il en utilise certaines techniques.

Je dois dire tout d'abord que je l'ai écrit en arrivant un soir à Paris, sur la ligne RER C vers le Pont de l'Alma. Je ne me suis pas aperçu tout de suite en sortant des tunnels que la nuit était tombée. Cela m'est venu instinctivement à l'esprit.

L1 et L2 forment une formule "Paris la nuit" utilisée dans les prospectus touristiques. La séparation en deux phrases permet de réutiliser L2 dans la liaison L2-L3 qui est une image poétique (figure interdite dans le haïku).

L1-L2 et L2-L3 sont des phrases emboitées, avec L2 comme articulation. Elle joue aussi au niveau sémantique car elle sépare deux images :

- L1-L2 : le plaisir, la nuit ouverte, le ciel
- L2-L3 : la nuit souterraine, mécanique

Ce n'est pas un haïku car :

- il ne s'agence pas en court-long-court
- il utilise une image poétique (L2-L3)
- c'est une phrase repliée

Tous les haïkus de l'auteur >>>